Allaitement : entre recommandations officielles, pressions sociales et choix personnel

Nursing Pillow

La plupart des futures mamans souhaitent allaiter. Pourtant, un certain nombre d’entre elles n’allaitent finalement pas une fois bébé arrivé et ce pour différentes raisons. Avec l’aide de notre conseillère en lactation Johanna, nous allons voir ici quelles sont les recommandations officielles et comment se positionner par rapport à ses souhaits, besoins et contraintes personnels.

L’OMS recommande un allaitement exclusif dès les premières heures qui suivent la naissance, pour une durée d’au moins six mois. Ces recommandations s’appuient sur de nombreuses études scientifiques mettant en lumière les nombreux bienfaits de l’allaitement pour le bébé.

Par ailleurs, l’OMS déclare qu’on pourrait sauver la vie de 800 000 bébés chaque année si toutes les femmes les nourrissaient au sein pendant six mois et plus.

Or, actuellement dans le monde, seuls 40% des bébés de moins de six mois sont allaités, et ce, de manière exclusive.

En partant de ces constats, peut-on considérer que l’allaitement constitue une sorte d’obligation ? Quand l’allaitement devient-il indispensable ?

La première raison qui pousse les organismes de santé publique à prôner les bienfaits de l’allaitement est la santé des bébés. En effet, les deux maladies infantiles les plus mortelles dans le monde, -la diarrhée et la pneumonie-, peuvent être évitées grâce à l’allaitement.

Non seulement le lait maternel transmet des anticorps et favorise le développement immunitaire du bébé qui vont le protéger des virus, mais il évite aussi l’utilisation d’une eau qui peut contenir des bactéries et/ou être difficile à digérer pour l’estomac immature d’un nourrisson. L’eau peut d’ailleurs entrainer des diarrhées et être responsable de malnutrition lorsqu’elle est donnée trop tôt à un bébé.

Ces faits montrent que l’allaitement protège les nourrissons des décès liés à la diarrhée. Cela est d’autant plus vrai dans les pays en voie de développement où l’accès à l’eau potable est difficile, et l’eau, peu ou pas contrôlée.

Par ailleurs, une étude scientifique publiée dans la célèbre revue Pédiatrics en 2014*, révèle que l’allaitement d’une durée égale ou supérieure à six mois réduit les risques d’infection respiratoire des enfants de moins de quatre ans.

Nursing Pillow

 

Ces bénéfices de l’allaitement sont prouvés scientifiquement, et c’est la raison pour laquelle il règne une certaine pression sur les épaules des mamans. Celles qui choisissent d’allaiter ont peur d’échouer « trop tôt » et de ne pas pouvoir poursuivre assez longtemps pour faire bénéficier à leur enfant de tous les avantages espérés. Tandis que les mères qui font le choix du biberon sont exposées à la culpabilité ou à la pression sociale.

L’allaitement doit avant tout être un choix pour la mère, afin de lui permettre de prendre soin de son bébé comme elle l’entend. Une mère allaitant son bébé non pas par choix mais parce qu’elle aura subi la pression de son entourage -ou de la société-, ne pourra pas être heureuse et disponible cœur et âme pour lui.

Il est important d’informer les mamans sur les nombreux bienfaits de l’allaitement maternel pour leur bébé afin qu’elles prennent une décision éclairée. C’est certain, le lait industriel ne sera jamais à la hauteur du lait maternel, et ne pourra jamais transmettre au bébé une immunité. Et nous l’avons vu, l’allaitement exclusif les six premiers mois de vie d’un bébé est ce qu’il y a de mieux pour sa santé.

Néanmoins, il est indispensable de ne pas stigmatiser les mères qui donnent le biberon, si l’accès à l’eau potable est aisé dans leur pays et qu’elles suivent les recommandations d’hygiène et de dosage. Certaines se sentent incapables d’allaiter, -pour des raisons qui leur sont propres- et cela ne fait pas d’elles de mauvaises mères. D’autres mamans vont essayer d’allaiter mais échouer, et devoir passer au lait industriel malgré elles. C’est important qu’elles sachent qu’elles sont -elles aussi- de bonnes mères.

L’allaitement est un don d’amour intrinsèque dont les bénéfices pour le bébé sont reconnus dans le monde entier. Mais la qualité d’une mère ne repose pas sur son choix d’allaiter ou pas. Laissons aux mamans la liberté de décider sans être jugées.

Pour en savoir plus sur les bienfaits de l’allaitement pour bébé, cliquez ici.

*Breastfeeding and Risk of Infections at 6 Years Ruowei Li, Deborah Dee, Chuan-Ming Li, Howard J. Hoffman, Laurence M. Grummer-Strawn Pediatrics. 2014 Sep; 134(Suppl 1): S13–S20. doi: 10.1542/peds.2014-0646D

RELATED POSTS

css.php