Éviter les problèmes d’allaitement (partie 3) : Les raisons les plus courantes d’un sevrage précoce

Dans la première et la deuxième partie de notre série sur les problèmes d’allaitement, notre sage-femme Katrin Ritter a expliqué ce qui constitue un bon début d’allaitement et comment fonctionne une bonne prise du sein. Mais que se passe-t-il si vous n’y arrivez toujours pas ou si vous avez un ou deux autres problèmes ? Dans les hôpitaux, il y a souvent des conseillers en allaitement (IBCLC) qui ont suivi une formation approfondie et qui peuvent vous aider. Sinon, bien sûr, une sage-femme ayant une expérience de l’allaitement, ou les réseaux de soutien à l’allaitement peuvent toujours vous aider. Voici quelques-unes des raisons les plus courantes d’un sevrage précoce.

 

Ce qui peut avoir un effet négatif sur l’allaitement :

  • L’administration d’ocytocine pendant l’accouchement en tant que médicament : cela peut perturber le système d’ocytocine maternel, mais aussi avoir une influence sur les réflexes et le système immunitaire du bébé.
  • Des analgésiques (opioïdes) et une anesthésie pour la mère.
  • Un accouchement chirurgical, par césarienne. Conséquences possibles : Vous avez besoin de repos et de mouvements limités pour vous rétablir et vous avez tendance à vous allonger sur le dos au début, de sorte que votre équilibre hormonal est affecté.
  • Les tétines, mamelons et sucettes artificiels. Si possible, évitez-les complètement pendant les 4 à 6 premières semaines pour éviter toute confusion dans l’alimentation.

 

 

Est-il normal d’avoir des douleurs pendant l’allaitement ?

Certaines femmes arrêtent d’allaiter parce qu’elles ressentent des douleurs. Mais est-ce vraiment normal ? Et combien de douleurs devons-nous supporter ? Les premiers jours, vous aurez mal pendant l’allaitement. Elles peuvent durer quelques jours et sont intensifiées par le fait que l’ocytocine, qui favorise le travail, est libérée pendant l’allaitement. En outre, les mamelons peuvent être sensibles et légèrement douloureux au maximum pendant les deux ou trois premiers jours. Au cours des trois premières semaines, il peut y avoir une douleur au début de la séance d’allaitement pendant 20 à 30 secondes, jusqu’à ce que le réflexe de montée de lait s’installe. Il s’agit d’une sensation de tiraillement des mamelons et des seins qui est considérée comme normale. Après cela, la douleur devrait cesser.

Cependant, il existe certaines raisons pour lesquelles l’allaitement peut provoquer des douleurs persistantes ou ne pas fonctionner correctement. Dans ces cas, il est important d’en parler à votre sage-femme ou à votre conseillère en allaitement.

Les problèmes d’allaitement les plus courants en début de travail

# Vous avez probablement entendu dire qu’il existe différentes formes de mamelons : Les mamelons plats, les mamelons inversés et les mamelons longs. Il est important que vous preniez le sein correctement avec ces formes de mamelons. Votre bébé ne connaît pas d’autres formes et, dans la plupart des cas, il n’aura aucun problème avec elles. Avant l’allaitement, vous pouvez par exemple pomper brièvement pour faire ressortir un peu plus le mamelon. Des outils tels que les façonneurs de mamelon peuvent également vous aider. Veillez à ce que le mamelon reste propre et sec et n’utilisez pas de protection pour le mamelon. Si vous devez allaiter, utilisez uniquement une cuillère ou une tasse.

 

 

# Une évolution défavorable du poids de votre enfant : Votre enfant ne doit pas perdre plus de 7 % de son poids au cours des premiers jours. Chez les enfants nourris exclusivement au sein, le point bas est généralement atteint le troisième jour. Cependant, le poids de naissance doit être retrouvé au 10e jour, ou au plus tard au 14e jour. À titre indicatif, votre enfant prendra alors environ 30 grammes par jour. Que pouvez-vous faire pour favoriser cette prise de poids ? Le contact avec la peau, l’allaitement au sein si nécessaire, et au moins toutes les deux heures – quatre heures de repos la nuit, c’est bien. Il est important de proposer les deux seins dans des positions d’allaitement différentes à chaque fois, de ne pas utiliser de tétines artificielles, ou de donner du lait maternisé en premier en cas de manque de lait maternel, mais contactez votre sage-femme, votre conseillère en lactation ou votre pédiatre et demandez de l’aide.

# Une production de lait excessive et abondante : Cela provoque des seins douloureux et tendus et est dû à l’augmentation du flux sanguin, au début de la production de lait copieux et à la congestion lymphatique. Un allaitement fréquent et correct est préventif. Que pouvez-vous faire ? Après l’allaitement, utilisez des compresses réfrigérantes pendant au moins 20 minutes, par exemple des petits pois/maïs congelés, un pack réfrigérant du réfrigérateur, pas du compartiment congélateur. Important : mettez toujours un linge entre la compresse et votre sein. Vous pouvez également effectuer un massage des seins en suivant les instructions de la conseillère en allaitement.

# La jaunisse du nouveau-né : Une élévation du taux de jaunisse jusqu’à une certaine limite est normale au cours des 5 à 7 premiers jours. Si elle est trop élevée, elle sera contrôlée par la sage-femme ou le pédiatre et votre bébé devra peut-être être traité par luminothérapie. L’allaitement en fonction des besoins et la première lactation précoce ont un effet préventif.

# Une production de lait insuffisante : Le manque de lait est la raison d’un sevrage prématuré pour un tiers des femmes. Cependant, plus de 95% des femmes sont physiquement capables d’allaiter suffisamment leur enfant. Par conséquent, consultez toujours un consultant en lactation IBCLC ou une sage-femme et n’abandonnez pas immédiatement.

# Une quantité excessive de lait maternel : Cela peut entraîner une déglutition, des changements dans le comportement de succion, un lâchage répété du sein, des pleurs et un rejet. D’autres conséquences peuvent être une congestion du lait, des infections mammaires et un sevrage précoce. Souvent, la quantité se régule d’elle-même après quelques semaines. Dans tous les cas, il convient de consulter un spécialiste. La tisane de sauge et le refroidissement du sein après l’allaitement peuvent également avoir un effet inhibiteur sur le lait.

 

 

# Engorgement du lait et inflammation des seins : Il y a ici des douleurs, un durcissement, des rougeurs, de la fièvre et une gêne. Veuillez contacter votre sage-femme ou votre conseillère en allaitement. En cas d’engorgement de lait, veuillez consulter un médecin après 24 heures si les symptômes s’aggravent !

Toutes les raisons susmentionnées peuvent vous amener à renoncer prématurément à l’allaitement, alors qu’il offre non seulement la meilleure alimentation à votre enfant, mais renforce également votre lien et a une influence positive sur son développement. Par conséquent : Demandez conseil à un professionnel dès le début – l’allaitement ne devrait ni faire mal ni être un combat. Une consultante en lactation expérimentée peut très probablement vous aider à sauver votre relation d’allaitement.

 

RELATED POSTS

css.php