Conseils sur le portage : Le portage comme soutien dans la thérapie de base – malpositions des pieds (partie 3)

Nos pieds sont des membres de haute performance très intéressants et remarquables. Ils nous transportent dans la vie pendant de très nombreuses années et doivent supporter un poids important, notamment pendant la grossesse. Il est donc d’autant plus important de leur accorder l’attention qu’ils méritent dès le départ. Ils nous montrent également beaucoup de choses sur le développement de l’enfant. Après avoir découvert l’anatomie des pieds, entre autres, dans la première et la deuxième partie de cette série, nous allons maintenant nous pencher sur les trois malformations du pied les plus courantes, leur traitement et le rôle du portage en termes de soutien optimal.

Causes et occurrence des malformations du pied

Les malformations du pied les plus courantes chez l’enfant sont le pied metatarsus varus (pes adductus), le pied talus (pes calcaneus) et le pied supinatus. Souvent, il n’est pas possible d’attribuer une malformation exacte à l’une d’entre elles, car des combinaisons de différentes malformations du pied peuvent également se produire. La cause ne peut souvent pas être déterminée avec précision. On suppose qu’il s’agit d’une combinaison d’influences externes et génétiques.

Normalement, les malformations du pied peuvent être détectées à la naissance ou peu de temps après. Il est clair que tout enfant présentant une malformation doit être présenté à un pédiatre ou à un orthopédiste pédiatrique afin de pouvoir entreprendre un traitement approprié. Le pied est ensuite mobilisé à l’aide de la physiothérapie.

Pourquoi les pieds sont faits pour porter

 

 

En raison des schémas de mouvement génétiquement ancrés, le bébé se développe d’abord de manière autonome en position couchée sur le dos, puis en position couchée sur le ventre et enfin en position latérale. Ici, le pied ne se bouge pas de manière isolée, mais de l’articulation de la hanche à l’orteil. Il est donc très intéressant de constater que nous pouvons observer le schéma de mouvement suivant chez un bébé au cours des premiers mois : Rotation externe et abduction de l’articulation de la hanche avec flexion de l’articulation de la hanche et du genou et posture de supination du pied.

Cette posture est également la posture naturelle pour un portage ergonomique, selon le principe de la serrure et de la clé. L’enfant se trouve dans une triade sur la hanche parentale (abduction, flexion, rotation externe), les deux articulations de la hanche sont fléchies, écartées et légèrement tournées vers l’extérieur. Les articulations du genou pointent vers l’extérieur, au-delà des articulations de l’épaule. Au départ, la position accroupie est plus forte chez les petits bébés que chez les plus grands. Les pieds sont aussi normalement relevés à angle droit au niveau du jarret lorsqu’ils sont portés, la plante des pieds pointe légèrement vers les parents et repose légèrement contre leur corps.

Les trois malformations du pied les plus courantes chez les nouveau-nés sont les suivantes :

  1. Le pied metatarsus Varus

Dans ce cas, l’avant-pied est en adduction par rapport à l’arrière-pied ; les orteils suivent l’avant-pied, avec une forte flexion. le pied metatarsus Varus est souvent associé à une dysplasie de la hanche et à une rotation interne de la jambe inférieure deux à trois fois supérieure à la normale. La rotation externe est réduite de moitié.

Incidence : 2 :100, les garçons sont 2 à 3 fois plus souvent touchés que les filles.

Causes : Manque d’espace intra-utérin, manque de liquide amniotique, fibromes, présentation par le siège, exacerbée par la position couchée, déséquilibre musculaire des muscles du pied, disposition familiale.

Influence sur le portage : Dans le cas du le pied metatarsus varus, les contractures de la hanche au pied provoquent des blocages articulaires : Hanche en adduction, cela augmente la rotation interne de la cuisse, de plus le bas de la jambe est tourné vers l’intérieur et augmente l’inversion du pied. Ainsi, la longueur fonctionnelle du pied est raccourcie.

Traitement : traitement médical, physiothérapie, très rarement plâtre, attelles de nuit, semelles orthopédiques, très rarement chirurgie.

 

  1. Le pied supinatus

Le pied est fortement incliné vers le bas et tourné vers l’intérieur. L’avant-pied ressemble à un croissant et les orteils tirent vers l’intérieur.

Causes : manque d’espace intra-utérin

Traitement : Traitement conservateur, physiothérapie, orthèses, pose d’attelles, bandages de compression.

 

  1. Le pied talus

Malformation du pied avec une position de dorsiflexion avec limitation de la flexion plantaire de la cheville. Dans de rares cas, les orteils touchent presque le tibia.

Incidence : malformation du pied la plus fréquente en période néonatale, peut se produire d’un seul côté ou des deux côtés.

Causes : Posture forcée intra-utérine, par exemple en cas de naissance par le siège ou également en raison d’une carence en liquide amniotique, neurogène en raison d’une maladie concomitante au déséquilibre musculaire en cas de spina bifida.

Influence sur le portage : Avec le schéma de mouvement familier d’abduction, de rotation externe avec flexion de la hanche et du genou, le pied est en position médiane, le talon n’est plus valgisé (plié vers l’intérieur) mais se trouve en position médiane, le pied est alors en supination. Plus le nourrisson plie les jambes et les tourne vers l’extérieur à partir du 4ème mois, plus la supination du pied est prononcée. Avec l’augmentation de la supination, le valgus du talon disparaît ensuite (posture similaire au portage).

Thérapie : Une guérison spontanée est possible si tout est normal à la radiographie (en raison des schémas de mouvement génétiquement prédisposés : jusqu’à la 6e semaine, le pied est de toute façon en position d’éversion, à partir du 3e mois, la tête reste au milieu et le tronc se stabilise, la hanche et les pieds sont en rotation vers l’extérieur). Sinon, physiothérapie de soutien (mobilisation), plâtre, orthèse.

 

Conseils pour porter les bébés présentant ces malpositions et postures des pieds :

0-3 mois :

– La meilleure position est le portage tourné vers l’intérieur

– Une bonne prise qui procure beaucoup de stabilité à l’ensemble du corps.

– Pieds nus (selon la température) et stimulation constante (également par les mains des parents).

– Position de portage correcte avec triade physiologique (FLEX 110°/ABD 35°/Rotation externe)

– Construction de la posture à partir des tubérosités ischiatiques

– Bras en flexion

– La rotation interne de l’articulation de la hanche doit être évitée à tout prix

– Tête bien soutenue sans fixation

– Posture en étrier avec les mains (le pied est maintenu par en dessous comme un étrier) offre les pieds sont légèrement inclinés vers l’intérieur (les arches longitudinales et transversales se développent)

– Confortable et ergonomique pour tous

 

4-14 mois :

– Tous les conseils des mois 0 à 3 continuent de s’appliquer

– De plus, notez le développement progressif et ajustez l’angle en conséquence (la position accroupie diminue).

– La coordination main-bouche doit être possible

– Portage face au monde ergonomique (à partir de 5-7 mois environ) comme position active à la maison (tout le corps bouge, utilisation active des pieds et des mains, symétrique et asymétrique).

Le meilleur porte-bébé pour cela : Omni Breeze ou Dream

– Avec l’âge, d’autres positions de portage, par exemple sur le dos, sont également possibles.

Dans la quatrième partie de notre petite série, nous examinerons les problèmes de symétrie au niveau de la tête et de la colonne cervicale. Si vous voulez en savoir plus sur les malpositions des pieds, mais aussi sur toutes les autres maladies mentionnées ici, vous trouverez de plus amples informations dans le guide Physiothérapie en pédiatrie (Hammerschmidt, Koch) et dans le livre Der kleine Fuß ganz groß (Zukunft-Huber).

 

RELATED POSTS

css.php