C’est un peu osé comme titre, mais c’est parce que c’est important. En effet, c’est bien malheureux mais le portage face au monde reste controversé. Il se peut qu’à ce stade, seuls quelques-uns d’entre vous soient encore en train de lire ces lignes. Les autres seront déjà passés à autre chose. Cette quatrième position de portage est pourtant tout à fait légitime. Aujourd’hui, notre consultante en portage, Mieke, nous explique pourquoi dans le conseil expert du mois.

Les Porte-Bébés Omni 360 et 360 offrent la possibilité de porter ses enfants non seulement sur le ventre face au porteur, sur la hanche et sur le dos, mais aussi sur le ventre face au monde. Une recherche rapide à ce sujet sur la toile conduit à des avis et mises en garde sur le portage face au monde. Celui-ci serait nocif aux articulations de la hanche, l’enfant serait submergé de stimuli en tout genre, et les parents seraient totalement irresponsables de vouloir porter leur enfant ainsi. Raison de plus pour nous intéresser à cette forme de portage.

Comment bien porter face au monde

Lorsque l’on porte un enfant face au monde, il faut veiller tout particulièrement à la position qui doit rester saine pour le développement de ses hanches. Il faut également qu’il soit bien soutenu, avec le dos légèrement arrondi. Un bébé ne doit pas non plus avoir les jambes qui pendent dans le vide. Il doit avoir le dos cambré. Et c’est exactement pour cette raison que le développement du Porte-Bébé Ergobaby 360, par exemple, a pris autant de temps. On développe des prototypes, on les teste, on retravaille dessus dans la foulée… Au total, entre l’idée initiale et la mise en production d’un porte-bébé finalisé, il peut s’écouler plusieurs années.

Le portage ventral face au monde avec les modèles Ergobaby 360 et Omni 360 maintient l’arrondi naturel du dos du bébé, à condition de bien s’assurer que ses fesses reposent tout au fond du siège baquet et que ses jambes soient écartées-relevées en M. De cette manière, l’enfant est correctement soutenu et cette position n’exerce aucune pression sur l’os pubien. Ce produit a en outre été étudié puis certifié par l’Association allemande pour la santé du dos (Aktion gesunder Rücken, AGR)ainsi que l’Institut international de la dysplasie de la hanche.

La proximité avec le porteur favorise la communication

Quand un bébé vient au monde, sa première occupation est de se familiariser avec le monde extérieur. Dans une écharpe ou dans un porte-bébé, lorsqu’il est porté sur le ventre face à papa ou à maman, tous les besoins du bébé sont comblés, notamment en termes de proximité, de sécurité, d’interaction et de stimulation. Entre deux et trois mois, le bébé commence à interagir activement avec son porteur et apprend à en percevoir les expressions faciales. C’est aussi au travers des réactions de ses parents qu’il évalue les situations. Par exemple, si le bébé voit que maman s’amuse d’entendre un canard faire coin-coin, il trouvera cela drôle lui aussi. Cette interaction ludique développe les compétences sociales du bébé ainsi que ses capacités de communication. C’est également à cette période que commence à s’établir ce qu’on appelle la permanence de l’objet. C’est-à-dire que le bébé comprend que sa maman est là, même s’il ne la voit pas.

Plus il devient actif, plus il s’intéresse à son environnement et à tous les stimuli : couleurs, bruits, formes, odeurs, etc. Avant d’être traité par le cerveau, chaque stimulus lui est transmis sous forme d’impulsions via le système nerveux. Notre cerveau est donc bombardé chaque seconde par des millions de stimuli. Il traite automatiquement ces informations sensorielles : il filtre, trie, priorise, fait des comparaisons avec des expériences et des impressions précédentes. C’est ainsi que fonctionne la compréhension de l’environnement. Même les plus petites erreurs dans le traitement des perceptions peuvent conduire notre cerveau à subir un excès de stimuli ou à en rejeter un trop grand nombre sans les traiter. Étant donné le développement ultra-rapide du cerveau d’un bébé, c’est quelque chose qui arrive souvent. La rapidité et la qualité du traitement de ces stimuli sont différents pour chaque bébé et peuvent également évoluer en fonction de son développement. Ainsi, si une visite rapide chez le marchand de glaces suffit parfois à épuiser certains bébés, d’autres survivront très bien à une fête foraine.

Le portage face au monde alimente sa curiosité, mais doit être limité dans le temps.

À partir de cinq ou six mois, la position face au porteur n’est plus assez stimulante pour certains bébés. Ceux-ci commencent alors à se lasser de cette position et peuvent même chercher à se retourner. C’est alors le moment idéal pour porter le bébé sur la hanche ou sur le dos. Les kinésithérapeutes sont d’ailleurs quasiment certains qu’à partir d’un certain âge, il sera bénéfique pour un bébé de percevoir, plus souvent dans le « bon » sens, le stimulus du mouvement dû au portage.

Il y a néanmoins toujours des parents qui ne souhaitent pas porter leur enfant sur la hanche ou sur le dos, ou qui ne le peuvent pas, par exemple une maman sourde-muette qui doit voir les gestes de son enfant et également faire ses propres gestes dans le champ de vision de celui-ci. Ou encore une maman blessée à l’épaule qui ne peut porter sans risque son enfant sur le dos car ses mouvements sont limités. Ou bien, tout simplement, des parents qui n’osent pas s’essayer au portage dorsal, qui n’aiment pas trop le portage latéral ou qui ne veulent pas particulièrement porter leur enfant et préfèrent opter pour la poussette.

La position ventrale face au monde est tout simplement une option supplémentaire de portage qui peut se pratiquer à partir de six mois (lorsqu’il sait tenir sa tête et son cou), ce qui correspond à la phase où l’enfant commence à acquérir la permanence de l’objet. Le portage face au monde doit se faire dans un cadre bien défini et dans un environnement familier offrant peu de stimuli. Contrairement aux trois autres positions (ventrale face au porteur, sur le dos et sur la hanche) qui peuvent être adoptées sans limite particulière de durée, la position face au monde ne doit être utilisée que pendant de courtes périodes (environ 10 à 20 minutes), et uniquement quand l’enfant est éveillé.

Les pères peuvent aussi profiter du portage face au monde

Cette quatrième position de portage est une position active qu’aucune des trois autres positions ne peut remplacer. Elle offre aussi aux pères une nouvelle façon de porter leur enfant et d’interagir avec lui.

Les scientifiques s’accordent sur le fait que les pères communiquent et interagissent avec leur bébé d’une manière et sous une forme très différentes de celles des mères, et que les deux façons de faire profitent tout autant au bébé. Les pères sont particulièrement concernés par le portage ventral face au monde, qui est une excellente porte d’entrée vers le monde du portage avec leur bébé. Les pères qui choisissent de porter leur bébé le font avec une telle implication qu’ils sont en mesure de jauger leur enfant et les signaux qu’il envoie, et en fin de compte, de le porter de manière à ce que les deux y prennent plaisir.

Il revient aux parents de déterminer à partir de quel moment leur enfant est suffisamment grand pour être dans une position confortable dans le porte-bébé. Si un bébé est trop petit, il ne pourra tout simplement pas regarder au-dessus du tablier, même placé correctement dans le porte-bébé.

Ce sont les parents qui connaissent le mieux leur enfant et la quantité de stimuli que celui-ci peut gérer. Ils sont donc les mieux placés pour déterminer s’il est prêt pour cette position. Il est en outre essentiel que les parents observent attentivement leur enfant, interagissent avec lui et l’orientent à nouveau vers eux lorsqu’ils se rendent compte que c’est trop pour lui ou qu’il est fatigué. En résumé, il existe de nombreuses situations dans lesquelles il peut être utile de pouvoir porter son enfant face au monde pendant une courte durée, même en privilégiant les trois autres positions de portage le reste du temps.

Le portage à visée thérapeutique

Le portage face au monde a aussi d’autres atouts : Ergobaby soutient par exemple depuis plusieurs années un projet d’aide aux personnes souffrant d’addictions en Allemagne. Des mères toxicomanes qui y suivent un traitement de substitution peuvent créer un lien avec leur enfant au travers du portage. Le Porte-Bébé 360 ou l’OMNI 360 est particulièrement adapté dans ce genre de situation, notamment du fait de l’option de portage face au monde.

En effet, le lien mère-enfant est parfois perturbé et la proximité peut être un problème pour l’un ou l’autre : cela peut venir de la mère, qui elle-même peut avoir vécu des expériences douloureuses qu’elle n’a pas encore totalement surmontées, ou du bébé, qui peut avoir vécu une naissance traumatisante et un début d’existence marqué par des expériences négatives. Dans ce genre de situation, il est souvent utile d’accroître progressivement le niveau de proximité. On commence par s’habituer au portage sans contact visuel direct puis on passe au portage face au visage du porteur.

De nombreux consultants en portage et thérapeutes qui travaillent avec des duos parent-enfant qui présentent des troubles de l’attachement déjà établis nous rapportent que, grâce à cette position active, le Porte-Bébé Ergobaby 360 est souvent le seul porte-bébé avec lequel ces enfants tolèrent le portage.

 

March 22, 2019

RELATED POSTS

css.php